C'est design, ça ?

Le parfum des fleurs perdues

Resurrecting the Sublime, Alexandra Daisy Ginsberg,2018-2019. Hibiscadelphus wilderianus, travail de Christina Agapakis. © Photographie : Grace Chuang/ Copyright : Grace Chuang, Gray Herbarium of Harvard University
 
Comme le dit si bien l'actrice Isabelle Carré, « on devrait trouver un moyen pour empêcher que les parfums s'épuisent... pour retrouver l'odeur d'une mère, d'une maison ou d'un premier amour ».
La designer Alexandra Daisy Ginsberg fait renaître des odeurs pour nous donner un aperçu de ce que le monde était. Pour nous faire sentir les parfums de plantes disparues et ressusciter, un instant, des paysages perdus.
Voilà comment le design attire notre attention sur la disparition de certaines espèces végétales que l'on pouvait encore sentir il y a 100 ans.
Sylvie Sauvignet


A voir dans l'exposition Resurrecting the Sublime


En lien

Du plastique précieux

Polyéthylène, polypropylène, polystyrène.... Le plastique c'était pratique, fantastique et jetable. Puis c'est devenu...

Les roues de la fortune

Il était une fois Izzy et Ailbhe Keane, deux soeurs irlandaises. Izzy est en fauteuil roulant depuis sa naissance. Pour que le...

Cultiver des chaises

Pour cultiver une chaise : choisir un champ, semer des graines de chêne, de cerisier ou de sycomore, puis laisser pousser...

Poing d'exclamation

Un poing américain peut-il être un objet de revendication ? Graphiste et artiste engagée, Hélène Mourrier a imaginé...

Bille en tête

Tout commence en 1949, quand l'industriel et baron Marcel Bich rachète le brevet du stylo à bille pour en faire un outil...

Une rappée sur son 31

Je suis une galette de pommes de terre revenue à la poêle, je suis fine ou épaisse, avec ou sans œuf. Je suis ? La...

Plan d'action

(la carte et le territoire)

C'est une sucette géante, une fleur de bitume. Un totem planté dans le trottoir. Sous l'impulsion de l'utilisateur, son disque...