Le designer-chercheur

Sa naissance, ses outils selon Andrea Branzi et Ugo La Pietra

Ugo La Pietra, figure phare du design radical italien, interviewé chez lui en 2019 par les chercheurs de la Cité du design.

Personnalités majeures de la scène radicale italienne des années 1960 et 1970, Andrea Branzi et Ugo La Pietra ont élargi les frontières du design et défriché le champ de la recherche. Rencontre avec les figures tutélaires du designer-chercheur.

 
Le design radical apparaît en Italie dans les années 1960 et 1970.  Plus théorique, politisé et expérimental que la pratique en cours précédemment, ce courant a planté - au travers de textes, d'« anti-écoles du design », d'objets de discussion (et non de consommation)... - un certain paysage de la recherche en design.
Le pôle recherche de la Cité du design a rencontré deux de ses figures phares, Andrea Branzi et Ugo La Pietra. Architectes, designers et enseignants, ils décrivent le contexte et les stratégies qui ont contribué à élargir les limites de la discipline du design et favorisé l'émergence du designer en tant que chercheur-praticien.

Le design comme moyen de transformer la société : la rupture de la XVe triennale
Pour l'exposition L'espace habitable à la Triennale de Milan en 1973, Andrea Branzi a coordonné (en collaboration avec Ettore Sottsass) la section "Industrial Design". En réaction au fonctionnalisme du design moderne et en contestant la société de consommation, il n'expose pas des objets en tant que solutions définitives, mais demande aux designers invités de mettre en scène des tensions inhérentes du design : des problèmes, des discours, des idées, des programmes, des catastrophes et des inventions. Il présente le design en tant que réalité culturelle intégrant une analyse politique, sociale, technologique complexe.
L'observation et les enquêtes de terrain
Les projets d'Ugo La Pietra naissent de l'observation de la société. Son approche est anthropologique. Dans les années 60, il remarque que la banlieue, "ville moins organisée", est un espace de création, le lieu du développement de l'autoproduction, du faire.
S'immerger, être déstabilisé, s'affranchir des codes
Avec ses Immersionni (Immersions, 1967-1970), Ugo La Pietra propose des outils métaphoriques et pratiques pour expérimenter et comprendre les liens entre l'homme et son milieu urbain.
Ouvrir des écoles expérimentales et "former des autodidactes"
En 1982, Andrea Branzi cofonde la Domus Academy à Milan pour former un nouveau type de designer pour un monde en perpétuelle transformation.
Partager et diffuser ses travaux
Ugo La Pietra se sert de publications écrites et de films comme autant de manières de partager sa recherche, de se faire comprendre et d'élargir son public.
Favoriser la naissance des laboratoires d'entreprise
Andrea Branzi constate l'émergence des laboratoires expérimentaux au sein de l'industrie dans les années 1970 suite aux propositions des designers radicaux en tant que producteurs des « énergies d'innovation ». S'élever contre la consommation de masse et servir l'industrie...
Les laboratoires de recherche, indispensables ressources
Ugo La Pietra appelle à la (re)instauration des laboratoires de recherche expérimentale et « sans finalité » au sein des écoles d'art et de design.
Le design comme outil prospectif
Andrea Branzi constate que nombre de projets réalisés pendant ces années radicales n'ont été compris qu'à postériori, comme son projet « No Stop City » (1969) qui anticipe une réflexion sur la globalisation. Il propose ainsi une définition du design en tant que moyen de réflexion à la fois intellectuelle et artistique.
Qui sont-ils ?

Andrea Branzi
Andrea Branzi, architecte et designer, est né à Florence en 1938, où il a obtenu son diplôme en 1966. Il vit et travaille à Milan depuis 1973. De 1964 à 1974, il a été membre du groupe Archizoom Associati, le premier groupe de design d'avant-garde de renommée internationale, dont les projets sont maintenant conservés au CSAC (Centro Studi e Archivio della Comunicazione dell'Università di Parma) ; sa thèse et plusieurs projets sont conservés au Centre Georges Pompidou à Paris. Il est co-fondateur de la Domus Academy, première école internationale de design pour diplômés. Auteur de plusieurs ouvrages sur l'histoire et la théorie du design, il a dirigé de nombreuses expositions de ce secteur en Italie et à l'étranger. En 1994, il a reçu le Compasso d'Oro pour sa carrière.

Source : http://www.andreabranzi.it/


Ugo La Pietra
Architecte de formation, Ugo La Pietra est artiste, cinéaste, monteur, musicien, dessinateur et enseignant. Il a développé depuis 1962 une activité visant à clarifier et à définir le lien "individu-environnement". Au début de ce processus de travail, il a créé des outils de connaissance (modèles de compréhension) qui tendaient à transformer la relation traditionnelle « travail-spectateur ». Artiste anormal et inconfortable et donc difficile à classer, il a travaillé dans et hors des disciplines, se déclarant toujours "chercheur dans les arts visuels". Avec ses recherches depuis 1960, il a traversé différents courants artistiques : art des signes, art conceptuel, art environnemental, art social, art narratif, cinéma d'artistes, nouvelle écriture, extra media, néo-éclectisme, architecture et design radical. Il a communiqué et diffusé ses pensées et expériences au travers d'une intense activité d'éducation et de publication. Il a promu des groupes de recherche (groupe Cenobio, groupe La Lepre Lunare, Global Tools, Coopérative Maroncelli, Communication Factory, Free Laboratory) et des activités d'exposition impliquant un très grand nombre d'opérateurs (artistes, architectes, designers).

Source : http://ugolapietra.com

Crédits :
Entretiens menés par Olivier Peyricot (designer, directeur du pôle recherche de la Cité du design) et Simone Fehlinger (designer-chercheure au pôle recherche de la Cité du design), en collaboration avec Catherine Geel (historienne du design, chercheur au CRD ENS Paris-Saclay).
Production : pôle recherche de la Cité du design
Image : Mattia Cossi
Son : Emanuele Pullini
Montage et post-production : Simone Fehlinger